|-- Sophie Hervier & Isabelle Cardin - Hard N'Heavy n°88 (janvier 2003) -
Transcription : ISKUR666


On dirait que vous ne souhaitez pas vraiment défendre ce nouveau disque : très peu de promotion, pas de tournée, une seule séance de dedicaces (à Glendale en Californie)... STA est pourtant aussi bon que ses prédécesseur...
John Dolmayan : Ce n'est pas parce que nous n'aimons pas la presse que nous avons décidé de ne pas trop promouvoir STA, mais parce que nous voulons lui donner un petit coté "underground". Nous sommes sur une major, nous avons du succés mais nous continuons à nous considerer comme un groupe underground sur de nombreux aspcets. Nous voulions juste éviter la surmediatisation et montrer aux gens que nous pouvons sortir un album de qualité sans le défendre : pas d'interviews, pas de concerts, juste laisser l album parler de lui meme.

Ce disque doit il etre consideé comme votre troisiéme album ?
Tout a fait. Et nous en sommes tres fiers. STA est une de nos plus belles réussites, un disque que j'adore. Il me donne le sourire quand je l écoute. Il y a plusieurs raison à sa sortie. La premiere, c'est que la plupart des morceaux nous avaient été volés et circulaient sur internet. La seconde, c'est que nous allons partir dans une nouvelle direction musicale et que nous voulions que tout le monde sache qu'il y avait un milieu entre là ou nous allons et là d'où nous venons. Nous trouvions important de donner aux gens une indication sur l'orientation future de SOAD. Et puis, c'est parfait que ces morceaux sortent maintenant parce que le prochain album ne paraitra que dans deux ans. L'attente aurait été trop longue.

Ces chansons sont-elles toutes issues des sessions de Toxicity ou certaines y sont elle antérieures ?
La plupart ont été écrites et enregistrées à l'époque de Toxicity mais certaines datent des tout debuts du groupe. Par exemple, un morceau comme Mr jack est le mélange de deux autres chansons dont une avait été écrite avant meme que je rejoigne System. C'est dire à quel point elle date !! Ce sont essentiellement des morceaux qui n'étaient pas arrivés à maturité jusqu'à present. C'est un comme le vin, il faut le laisser prendre de l'âge avant qu'il degage tout son parfum. Parfois,il faut laisser mûrir une chanson avant de pouvoir l'offrir au public.

Aviez-vous enregistré les morceaux essus des chutes de Toxicity en meme temps que l'album ?
Oui, mais ils n'avaient ni été mixés ni masterisés. Nous en avons donc profité pour changer ici une ligne de chant, là une partie de guitare, parce que, comme je la disais, les morceaux n'étaient pas encore prets. Et, par exemple Innervision est devenu mon morceau préféré de system.

Ce qui est étrange, c'est que vous n'ayez pas décidé au préalable des chanson qui allaient se retouver sur Toxicity...
Sans doute manquions nous de recul au moment de l'enregistrement. Mais j'insiste sur le fait que si ces morceaux ne se sont pas retrouvés sur notre premier ou notre deuxieme album, ce n'est pas parce que nous trouvions qu'ils étaient mauvais, mais parce qu'ils ne correspondaient pas à l'atmosphere que nous voulions donner à chacun de ces albums .Toxicity aurait facilement pu compter huit titres de plus mais ils n'auraient pas collé avec le reste du disque. Innervision est d'ailleurs la dernière chanson que nous avons retiré du tracklisting de Toxicity parce qu'elle ne touvait pas sa place sur l'album et l'empechait de couler. Nous écrivons des albums, pas des chansons. Et chaque album a son concept, son flot. Il est fondamental de conserver une certaine structure. Si une chanson la déséquilibre, elle ne peut pas rester. Nous voulons que les gens écoutent nos disque du premier au dernier morceau, qu'ils ne ressentent pas le besoin de zapper à un moment. C'est dans cette optique que nous construisons nos albums.

Vous aviez écrit 33 chansons pour Toxicity. Quatorze d'entre elles se sont retrouvées sur l'album et certaines réapparaissent aujourd'hui sur STA. Où sont passées les autres ?
Nous les gardons bien au chaud, sans doute pour des faces B de prochains singles.

La realisationde STA vous a-t'elle permis de poser un nouveau regard sur Toxicity?
Pas réellement. Je suis aujourd'hui aussi fier de Toxicity que je l'étais le jour ou il a été achevé. Bien sûr, comme toujours, je me dit que j'aurais pu faire des parties de batterie differentes mais, en ce qui concerne le choix des morceaux je nai aucun regret. J'en suis pleinement satisfait.

Savez vous comment les morceaux de STA se sont retrouvés sur internet ?
Pendant l'enregistrement de Toxicity, nous avions parfois besoin de réécouter des choses chez nous et nous gravons des CDs que nous détruisions nous-mêmes apres. Nous avions vraiment fait très attention à ce que les chansons ne se retrouvent pas dans la nature. Toujours est-il que les enregistrements ont quand meme fini par sortir du studio, sans doute par le biais d'un technicien ou d'un responsable de la maison de disques. Quand ils font ça les gens ne pensent pas à mal. Mais ils sont tellement excités d'avoir les bandes qu'ils ne peuvent s'empêcher de s'en vanter aupres de leur amis : "Eh, j ai le nouveau System. Les trente chansons !!" et quand ton pote te dit "tu peux m'en faire une copie ? Je te promets de la garder pour moi. On dit "D'accord". Le probleme, c'est que tout le monde fait confiance à une personne et, à l'arrivée, ce sont des dizaines qui sont en possession des demos. Il suffit que parmi elles, un con mette les chansons sur internet et c'est fini.

Pourquoi avoir decidé de demander aux gens de Volez cet album?
Nous avons décidé d'appeler cet album STA pour se moquer de ceux qui pensaient l'avoir déjà récuperé sur internet. En réalité, personnes ne l'avait puisque nous n'avions pas achevé l'écriture des morceaux. Et tant que nous avons décidé qu'il est fini, un titre ne vaut rien. C'est comme voler une toile chez un peintre. Tant qu'il ne la pas exposée, comment savoir s'il ne va pas rajouter une touche de couleur ici ou là ? La pochette ou plutôt l'absence de pochette, est aussi ironique. Ca ressemble à un vulgaire CD gravé et ça signifie :"vous nous avez déjà volé la musique, vous n'avez pas besoin de pochette". C'est une sorte de plaisanterie qui renvoie à l'idée que seule la musique est importante.

Malgré tout, vous avez chacun fait un dessin pour illustrer la rondelle de l a bum ?
Nous collectionnons quasiment tous des comics, des figurines ou des trucs de ce genre et nous trouvions sympa que nos fans aient eux aussi quelque chose à collectionner. Il n'existe que 50 000 exemplaires de ces rondelles illustrées et quand on sait combien nous vendons dans le monde, ça ne fait vraiment pas beaucoup :à peine 200 000 éditions limitées au total. Elles vont rapidement devenir des objets rares et nous nous sommes dit que ça pourrait rapprocher nos fan, en les poussant à faire des échanges, à essayer de trouver l'édition qu'ils n ont pas. Et puis, c'est tout simplement cool de collectionner. J'adore ça moi-même. Il y a quelques années, nous avions sorti une édition du premier album limitée à 500 copies. Elle est absolument introuvable aujourd'hui. Heureusement que j'en ai gardé 40 exemplaires chez moi (rires) !!

Si tu devais acheter ce disque, quelle pochette choisirais-tu?
La mienne. Je les trouve vraiment toutes sympas, mais je suis moi. J'achèterai donc la mienne.

La tienne represente une tête de mort, celle de Shavo un labyrinthe rouge sang, celle de Serj un texte en spirale et celle de Daron est ouvertement sexuelle. Penses-tu que chaque dessin vous reflète bien ?
Oui, je crois. Elles sont un bon miroir de nos personnaltés. Par exemple, le mien est sombre parce que j'étais dans une phase de déprime. Ma tante venait de mourir et je me sentais vraiment mal. Ce dessin me rappellera à jamais ce passage de ma vie. Il a été un exhutoire.

L
es groupe réellement originaux ne connaissent généralement pas un grand succès commercial. Vous sentez-vous chanceux d'être populaires tout en étant restés intransigeants ?
JOHN:quelque part oui.parce que meme si nous travaillans dur,nous ne nous attendions pas à vendre autant d albums et à avoir autant de succés.personne ne pouvait prévoir un tel engoument.

Du fait de votre staut privilégié,vous sentez vous investis de la mission d élever le niveau de la scène rock en imposant de nouveaux standarts ?
Pas vraiment. La seule mission que nous connaissons, c'est de nous surpasser à chaque fois, à chaque album. Avoir une carrière où la qualité de chaque nouveau disques dépasse le précedent. Et surtout de ne pas se retrouver à faire des choses parce qu'il le faut ou parce que nous le devons à nos fans. Le seul rôle qui nous incombe, c'est de porter notre art à son apogée. Si nous venions à nous rendre compte que nous stagnons, nous deciderions tous de faire autre chose. Mieux vaut faire ce qui te plait qu'être le soi-disant plus grand groupe. Tool n'est pas le plus grand groupe du monde en terme de ventes, mais ça reste une formation incroyable.

Récemment en Angleterre, les lecteurs de Metal Hammer et Classic Rock ont repondu à une grande enquête sur les meilleurs disques de tous les temps. Quelle fut votre réaction en constatant que Toxicity arrivait en troisième position , derrière Appetite For Destruction de Guns N'Roses et 5 de Led Zeppelin et devant Master Of Puppets de Metallica et Nevermind de Nirvana ?
Ce fut incroyable! Nous n'aurions jamais pensé nous retrouver là. Mais si tu veut mon avis, Led Zeppelin devrait etre devant Guns N'Roses. Les Guns n'ont pas autant apporté à la musique que Led Zeppelin. Pour moi, ces gars sont des dieux. Mais ils ne sont pas les seul... Les Stones et Black Sabbath mériteraient égalemant d'être devant nous.

Travaillez vous sur quelque chose de particulier en ce moment ?
Je vient de mettre au mur de ma chambre quelques peintures et je crois que je vais me contenter de les regarder pendant encore quelques semaines (rires). Apart ça, je vient d'enregistrer trois chansons pour le nouvel album de Killing Joke qui paraitra en 2003. Danny Carey de Tool en a ausi enregistré trois, ainsi que Dave Grohl des Foo Fighters. Ce sera un album avec des batteurs invités. Et je suis ouvert à toute autre proposition. Si je trouve la musique intéressante, je le ferai.

Et concernant SOAD ?
Nous devons toujours travailler sur un DVD live mais, pour le moment, nous sommes tous d'avantage excités par l'idée de nous investir dans d'autres choses. Plus nous nous impliquerons en dehors de SOAD et plus nous pourrons apporter à SOAD. Je suis fier de ce que fait mon groupe et je suis content de voir partir les autres dans de nouvelles directions parce que je sais qu'au final, ce sera bénéfique pour tout le monde. Et même si chacun prête attention aux projets des autres, nous ne sommes pas là à nous épier constament. Nous voulons vraiment que chacun ait son espace de liberté artistique.

Pourrais tu nous en dire plus sur le projet Axis of Justice ?
C' est surtout le truc de Serj mais voila ce que j'en sais: c'est quelque chose qui a été lancé sur la Ozzfest l'an passé. Sur les stands Axis of Justice, tu peux trouver des informations sur tout ce qui se passe dans le monde et qui nous touche, que ce soit au niveau émotionnel ou environnemental. Je pense que c'est important de prendre conscience de ce qui se passe autour de nous et de faire quelque chose pour que cela change de façon positive. C'est facile de dire je n'aime pas ci, je n'aime pas ça, c'est beaucoup plus dur de se bouger le cul et de vraiment faire quelque chose pour lutter contre. C'est interssant de voir que certains abandonnent leur vie pour ça. Nous leur devons beaucoup, mais nous ne le savons pas encore.

Comment reagissez vous lorsque certains s'insurgent contre vos positions, et sutout celles de Serj, sur la politique de George W. Bush ?
On nous dit souvent que nous ne sommes pas de bons Américains parce que nous profitons du systeme américain tout en le condamnant. J'aime vivre au Etats-Unis et je considère que c'est mon droit, en tant que citoyen, d'exprimer mes idées. Et si certains n'aiment pas ça,tant pis pour eux.


-- Haut de page --