|-- Ayda Erbal - Noyan Tapan n°37-38 -
Traduction : Hakilaifou


Interview réalisée par Ayda Erbal, journaliste au journal arméno-américain Noyan Tapan. Il s'agit de l'unique traduction complète de cette interview réalisée par mes soins et rien que pour vous (merci qui?). N'étant pas réalisé par un professionnel de la musique, cette interview montre pour une fois une autre facette du chanteur et nous apprend beaucoup sur l'histoire du groupe, de Serj et sur ses pensées. Même si parfois on se demande s’ils ne font pas un concours pour savoir qui est le meilleur sosie de Jean-Claude Vandamme…

Merci à Louise Kiffer d'armenweb.org, la plus rock de toutes les mamies.

Ayda : Commençons par votre famille.

Serj : Mes quatre grands–parents sont originaires d'Anatolia. Mon grand-père paternel est d'Efkere ( j'espère que c'est bien ça, je ne me souviens pas très bien.)

Ayda : Savez-vous comment ils se sont retrouvés à Lebanon?

Serj : Oui, assez. Ma grand-mère est morte très tôt mais les soldats sont venus au village, ont rassemblé les hommes ensemble et ont séparé les femmes et les enfants et les ont fait marché dans le désert de Der Zor. Le plus jeune frère de mon grand-père a été tué. Je pense qu'il s’est retrouvé dans un orphelinat, un orphelinat américain en Grèce.

Ayda : oh il alla d'abord en Grèce.

Serj : Je ne sais pas quel pays était le premier mais il était en Turquie, en Grèce, à Lebanon.

Ayda : etait-ce du côté paternel ou maternel?

Serj : Maternel.

Ayda : Vous êtes arménien des deux côtés, c'est ça?

Serj : Ouais, Arménien de l'Ouest des deux côtés. Mes 4 grands-parents sont d'Anatolia.

Ayda : Pourquoi ont-ils décidé de venir ici, en Amérique ? Etait-ce à cause de la guerre?

Serj : La guerre est une des raisons principales mais vous savez, toute la famille venait ici, oncles, etc.

Ayda : Vous alliez dans une école arménienne à Hollywood? Autant que je sache, Daron et Shavo ne trouvent pas que ce fut la plus amusante des expériences de leurs vies ( ce que je comprends ) Qu'en pensez-vous?

Serj : Je ne pense pas que c'était une expérience si terrible après tout, j'ai toujours des amis de cette époque. Actuellement c'est une très bonne école, Pilibos school à Hollywood, la seule chose de différent, c'est que vous êtes un peu isolé dans la communauté et cela se ressent quand vous devenez indépendant à l'âge de 17-18 ans, quoique.

Ayda : Ce n'est pas une école avec juste des cours le week-end?

Serj : non, c'est une école à plein temps.

Ayda : la première fois que j'ai vu votre photo, je me suis dit " Oh, ces arméniens surestiment leur petit groupe."

Serj : Je ne suis pas vraiment d'accord, mais c’est pas grave, continuez. En fait, en ce qui concerne l'art, les Arméniens croient en vous lorsque quelqu'un d'autre vous apprécie. Par exemple, nous n'avons jamais été dans la presse arménienne alors que nous sommes déjà apparus dans le Boston Globe ou le New York Times. Les Arméniens sont comme les juifs, ils veulent que leurs enfants deviennent des avocats, des docteurs et je pense que cela vient du fait de savoir ce que c'est d'être affamé, ils ne veulent pas que leurs enfants soient des artistes, cela vient du génocide, Les Arméniens sont un peuple très artistique, d'après tous les gens que je connais, c'est dans nos gènes. Beaucoup d'arméniens sont intéressés par l'art en dehors de leurs boulots quotidiens. Mais les dernières générations n'ont pas encouragé l'art à cause de ces raisons. Maintenant nous faisons tout pour changer tout ça dans la music et il y a quelques personne qui le font dans les films.

Ayda : Etes-vous déjà allé en Turquie?

Serj : Non

Ayda : Irez-vous en Turquie?

Serj : Je n’en suis pas sûr.

Ayda : J'ai entendu dire que vous êtes allé en Turquie avec Slayer.

Serj : Nous tournions avec Slayer en Europe, et nous avions un concert en Turquie et nous aurions du jouer mais j'ai demandé "Serais-je autorisé à dire franchement ce que je pense?" Ils ont dis "non" j'ai dis" Bon et si je dis clairement ce que je pense et que je suis arrêté, est-ce que quelqu'un m'aidera?" ils ont répondu "non, personne ne t'aidera." Et j'ai dis "très bien nous contestons" et nous n'avons pas joué en Turquie car premièrement il est nécessaire de parler librement pour nous et vous savez que ne sommes un groupe très artistiquement et socialement conscient donc, nous aurions parlé quelque soit le lieu où nous aurions été. Deuxièmement, avec le problème du génocide arménien démenti, si je ne peux pas dire ce que je pense, alors qu'aurais-je fais là-bas entant qu'artiste?

Ayda : vous devriez aller en Turquie.

Serj : Bolis ( Istanbul ) et la Turquie ne sont pas la même chose.

Ayda : je sais.

Serj : Bolis est une ville très internationale. Je peux y aller et jouer de la musique, n’importe quoi, et je peux raconter ce que j’ai en tête et les gens peuvent me comprendre, c’est cool, et j’ai un cousin là-bas, et Arto, qui est un de mes très bons amis est de là-bas, mais je ne pense pas que Bolis représente la Turquie, je pense que la Turquie représente la Turquie. J’adorerais aller à Bolis, j’adorerais voir Bolis, j’adorerais aller en Turquie de l’Est et connaître les anciennes églises arméniennes.

Ayda : Et Daron ?

Serj: Je ne sais pas, je n’en suis pas sûr.

Ayda : pouvez-vous nous en dire un peu sur comment vous avez fini musicien au lieu d’un businessman avec un diplôme de gestion. Ca dû être une décision réfléchie.

Serj : J’ai juste suivi mon cœur. Je voulais être dans la musique. Peut importe ce que je faisais, peut importe où je travaillais. J’ai décidé un jour que je ferais de la musique un moyen de gagner mon pain.

Ayda : Quelles étaient les réactions de votre famille ?

Serj : Vraiment bonnes. Ils m’ont appuyé. Mes parents étaient tous les deux des artistes. Ma mère dansait et mon père chantait.

Ayda : Comment Soil est devenu SOAD ?

Serj : Soil était un group de métal très progressif. Nous avons joué pendant 8 mois, écrit beaucoup de musiques. Notre batteur est parti, il était d’Hawaii, il est reparti pour Hawaii. Dave, le bassiste de Apex Theory était notre batteur. Shavo était notre ami, il nous a rejoint, et nous avons trouvé un batteur, Andy, qui est le chanteur de Apex Theory aujourd’hui. Et nous avons eu un autre batteur après Andy, John.

Ayda : Que s’est-il passé 8 mois après ?

Serj : Daron, Shavo et moi avons commencé System of a Down ensemble, tous les trois. Avec le batteur Andy, on avait le concept d’un groupe, quelques chansons commençaient, puis Andy parti et John nous a rejoint un an après.

Ayda : Daron dit que l’important c’est d’être un "groupe artistique". Comment différenciez-vous un "groupe artistique" de quelque chose de commercial ? Car il y a une chance que tous les "groupes artistiques" deviennent commerciaux.

Serj : Le commercial n’a absolument rien à voir avec l’art. Un "groupe artistique" peut être un "groupe artistique commerciale" ou pas. Un est le fond l’autre est la forme. Je pense que nous sommes un genre de groupe artistique dans la manière de faire des choses comme ne pas expliquer les paroles. Nous voulons que vous interprétiez par vous-même, plutôt que je vous dise ce qu’elles sont. Qui s’intéresse de ce que je pense ?

Ayda : Je sais que vous n’aimez pas expliquer vos paroles, mais de quoi parles X ?

Serj : Ne prenez pas littéralement ce que je vous dis mais elle traite des aborigènes qui pensent qu’on ne peut pas procréer parce que le monde ne peut pas subvenir à lui-même.

Ayda : Daron a dit une fois : "le véritable art est implicitement révolutionnaire" qu’en pensez-vous ? Ca ressemble un peu à ce que disait Einstein : "Ce n’est pas de l’art si ce n’est pas révolutionnaire."

Serj : C’est vrai, oui, tout est révolutionnaire car la terre tourne autour d’elle-même aussi bien qu’autour du soleil. Nous sommes en constante révolution. Nous sommes dans un mouvement et un changement constant.

Ayda : Devons-nous comprendre "révolution" dans ce sens précis, ou "révolution" comme la révolution de 1789? Quelle type de révolution s’agit-il ?

Serj : Quelle est la différence entre une révolution d’une montre, la révolution terrestre et une violente révolution comme la révolution française ? Quelle est la réelle différence ?

Ayda : Si vous parlez au sens épistémologique de la tradition occidentale, il y a une différence, mais si vous parlez selon un point de vue Bouddhiste ou Zen, il n’y a pas de différence.

Serj : Si vous assignez plusieurs points de vue, alors vous regardez toujours les choses sous d’autres angles, mais vous regardez la même chose.

Ayda : C’est le problème avec la pensée occidentale en générale, classer, décrire par des exemples. Vous appeler un "groupe de rock arménien"est réducteur pour votre identité.

Serj : C’est exactement ce que je n’aime pas. La question favorite de Daron est "Qu’est-ce qu’un "group de rock arménien" ?"

Ayda : Vraiment, qu’est-ce que c’est ?

Serj : Ca n’existe pas. (rires)

Ayda : Pouvez-vous me donner quelques chiffres sur les ventes de vos albums ? Bien que je sache que le premier a été disque de platine aux USA.

Serj : Le premier a été disque de platine aux USA et le deuxième multi disque de platine aux USA et il marche vraiment bien en Europe et ailleurs.

Ayda : Il y a une différence évidente entre le premier et le deuxième album. Le premier est composé de longues chansons. Maintenant, c’est presque que des chansons de 3 minutes avec quelques phrases chocs.

Serj : En fait, si vous chronométrez les deux albums, ils sont très proches, mais comme le premier est plus progressif, vous avez l’impression qu’il est plus long mais c’est une illusion. Le deuxième a été écrit de façon plus mélodique et plus harmonique en ce qui concerne les riffs de Daron et ma voix.

Ayda : Daron dit qu’il est toujours naturel dans son jeu. Qu’est-ce que ça signifie ?

Serj : Qu’il n’utilise pas de pédales à effets sur sa guitare, il réplique les effets avec son jeu et le chant est plutôt sec, il y a quelques effets d’arrière plan, mais le chant est plutôt sec.

Ayda : Comment avez-vous commencez à chanter ? A l’église ?

Serj : Non, j’écoutais tous les styles de musique et quand j’étais enfant, je chantais avec mon père.

Ayda : Est-ce que tout le monde jouait de tout dans la famille ?

Serj : Mon père avait l’habitude de passer des disques et moi je chantais avec les disques.

Ayda : Avez-vous reçut des cours de chants ?

Serj : J’ai reçut quelques cours après avoir chanté des années. J’ai un ami que j’ai traîné pendant un bout de temps, Mark Goodman. Il m’a aidé à entraîner ma voix.

Ayda : Il y a-t-il quelque chose que vous faites à votre voix ? Ca doit être difficile de chanter deux jours à la suite.

Serj : J’ai juste besoin de repos, je ne fais rien de spécial.

Ayda : Vous buvez quelque chose ? Du thé ?

Serj : De l’eau, des fois je bois du thé avec du miel pendant le concert.

Ayda : Quels types de thés ?

Serj : Tous les types.

Ayda : Comment vous sentez-vous face à la solitude ? Je veux dire toutes ces tournées. Je sais que c’est presque un groupe "fraternel", cela veut dire que vos amis et votre famille vous manquent moins ?

Serj : Je ne ressens pas cette solitude. Le problème des tournées c’est le manque d’espace privé. Quand vous êtes chez vous, vous avez une chambre à vous sauf si vous vivez avec quelqu’un. Mais ici tout l’espace est partagé. C’est confortable bien sur, on a un bus pour l’équipe et un bus pour le groupe, mais en même temps vous manquez de place. Ca va pour deux semaines, mais pour deux mois ça devient ennuyant.

Ayda : Comment gérez-vous toutes ces personnalités ? Est-ce difficile ? Beaucoup d’ego, etc.

Serj : On est des personnages assez différents et on s’aime tous et on accepte chacun comme une personne différente.

Ayda : Est-ce que ça pose des problèmes quant à celui qui prend les d&eac;="20" border="0">


Ayda : Comment gérez-vous toutes ces personnalités ? Est-ce difficile ? Beaucoup d’ego, etc.

Serj : On est des personnages assez différents et on s’aime tous et on accepte chacun comme une personne différente.

Ayda : Est-ce que ça pose des problèmes quant à celui qui prend les décisions ?

Serj : On décide de tout démocratiquement et comme des frères on se dispute sur ceci-cela mais à force ça s’arrange et on passe du bon temps.

-- Haut de page --





h="142" height="20" border="0">