Bercy - Paris - 01/06/05


Ce soir c’est le grand soir. Après un Trabendo plus que convaincant deux mois auparavant, System of a Down revient à Paris et cette fois c’est par la grande porte, enfin la grande salle.

Avec un Bercy comble pour les accueillir, le groupe se fait précéder par The 80’s Matchbox B-line Disaster que je n’ai malheureusement pas pu voir, mais qui d’après les dires ont fourni une prestation moyenne et dont le set a été comme toujours accompagné de sifflets de la part d’une partie du public bien intolérante.

Tandis qu’un drapeau géant représentant la pochette de Mezmerize est étendu devant la scène, c’est à 20h30 très précisément qu’une ombre surgit, celle de Daron interprétant Soldier Side. Le drapeau tombe et s’ensuit B.Y.O.B qui a encore démontré qu’elle est leur plus puissante chanson live. Ensuite, on reste dans le "prends toi ça dans ta face" avec les spécialités soadiennes en matière de puissance : Revenga, Science, Kill Rock’n Roll, Suggestions, Psycho, Chop Suey!. Daron assure à la gratte et est surexcité, Serj transporte le public dans ses textes même si, comme au Trabendo, on ressent qu’il a moins de coffre qu’à ses débuts (en même temps il est plus si jeune le père Tankian), John (qui est redevenu chauve) est toujours aussi pro et est exempt de tout reproche, et Shavo s’éclate dans son coin à faire des grimaces et des mimiques au public comme s’il lui racontait les chansons. De plus, le son est bon (rare pour Bercy), la basse est même presque audible, c’est pour dire.

Ensuite, arrive la surprise du soir, puisqu’un interlude jamais joué jusqu’à maintenant est interprété par Daron, comme il a l’habitude de le faire lors de festivals généralement. Je ne connais pas son nom mais j’ai décidé de l’appeler Delphy en raison des paroles : "Thank you Delphy, and once again I'm sorry. I know you try to get me back in beautiful Paris". Arrive le tour de Cigaro reprise en cœur par le public, qui tombe définitivement sous le charme de la performance du quatuor lorsque arrive Mr. Jack dans sa version allongée avec son intro au clavier et une partie chant au vocodeur. S’ensuivent Needles et Deer Dance au cours de laquelle Daron slammera et sera obligé de changer de guitare après ce saut. Et c’est là que ça se gâte, la nouvelle guitare est mal accordée et une partie d’Aerials, qui fait toujours l’unanimité auprès des fans, mais aussi la chanson suivante, Holy Mountain, seront totalement foirées par Daron. Par ailleurs, Serj connaît quelques problèmes de micro et court partout pour essayer d’arranger ça, au détriment du spectacle et une partie de Holy Mountain sera même chantée dans le vide.

Une fois tout rentré dans l’ordre, le groupe enchaîne sur une autre bonne surprise puisque Serj retrouve son coffre d’antan pour nous offrir une Spiders magnifique et pleine d’émotion comme ils avaient l’habitude de le faire. S’ajoutent par la suite Bounce, A.T.W.A, Forest, Lost in Hollywood qui ne rend pas si bien que ça en live, j’ai été un peu déçu là-dessus. Puis Question! qui, elle, cartonne avec Serj et sa guitare sèche et qui fut pour moi le deuxième meilleur titre de la soirée après Spiders. Le set se terminera avec du très gros : War?, Prison Song, Roulette, Toxicity, Suite-Pee et comme toujours Sugar et sa nouvelle intro au clavier et au vocodeur tellement prenante qu’elle vous pousse à taper du pied et des mains sans que vous ne vous en rendiez compte.

Finalement, le bilan de cette soirée est plutôt positif en ce qui concerne le groupe, les quatre arméniens ont montré qu’ils ont pris leur pied tout en nous gâtant de petites surprises, que même dans une grande salle il était possible de communiquer avec le public et de ne pas jouer un show formaté qui fut aidé d’une setlist sans surprise mais bien ordonnée. Le point faible, par contre, était le public qui s’est montré assez lourd et la sécurité qui n’a pas brillé. Personnellement j’étais dans la première fosse et cela m’a un peu gâché le concert, je pense que si j’avais été dans les gradins, le concert aurait été presque parfait. Par ailleurs, il ne faut pas se leurrer, ce 1er Juin à Bercy fut moins bien que le Trabendo d’Avril dernier. Effectivement, l’ambiance manquait mais c’était prévisible et si on passe outre, la prestation de Bercy fut dans l’ensemble réussie.

Merci beaucoup à Nicole pour ce concert.