>> Retour au sommaire

Dès ses débuts discographiques, SOAD a toujours fait attention de maintenir un équilibre entre ses différentes facettes mais le groupe ne se prive pas de dire ce qu'il pense face à la situation globale de la planète, que ce soit en termes politiques, économiques, sociaux ou environnementaux. C'est bien simple : le discours du groupe est tellement réfléchi et « hors norme » dans cette Amérique bien pensante et sûre d'elle qu'on n'avait pas vu ça depuis Rage Against The Machine !

Les propos vindicatifs de Serj Tankian et Daron Malakian, principaux porte-parole du groupe en ce domaine, s'inscrivent clairement dans le sillage de celui que Zack De La Rocha et Tom Morello ont tracé quelques années auparavant.

Mais d'où vient cette volonté de rappeler au monde ses disfonctionnement, quitte à aller contre l'ordre établi et mécontenter certaines instances ?

Roots, Bloody Roots...

La première raison vient des racines du quatuor. Outre l'aspect « exotique » de leurs origines, System Of A Down vient d'Arménie, un pays qui a vécu une tragédie par le massacre de la population par les autorités turques.

Avoir un tel passif, un tel héritage pousse forcément à s'interroger et à comprendre ce qu'il s'est passé. Après tout, les trois quart du groupe sont venues en Amérique car leur famille a fuit les exactions commises par le pouvoir turque. Tankian, Malakian, Odadjian et Dolmayan ont grandi dans un environnement familial et social qui les a poussés à s'engager dans la reconnaissance du peuple arménien et de son histoire. La famille joue donc un rôle prépondérant comme le montre l'influence de Vartan Malakian, le père du guitariste.

En a résulté une volonté de s'engager contre les discriminations et les injustices dont les minorités font le plus souvent l'objet. Et cette volonté d'apporter du soutien va bien au-delà : le clip Boom ! montre son engagement clair contre la guerre contre l'Irak dans laquelle Georges W. Bush a envoyé son pays pour des motifs injustifiés.
Le besoin de reconnaissance du génocide renvoie par extension au besoin de dénoncer tous les génocides que la Terre ait connu. La reconnaissance et l'éducation sont les meilleurs moyens de ne pas répéter les erreurs du passé et de passer sur l'ignorance et l'incompréhension de l'autre qui entrainent généralement ces situations extrêmes.

Cet engagement dû aux racines familiales des musiciens se retrouve également chez Rage Against The Machine. Tom Morello est un mulâtre dont le père est un activiste politique kenyan et la mère est fondatrice du collectif anti-censure Parents For Rock & Rap.
Quand à Zack De La Rocha, ses origines Chiapas ont façonné ses velléités contre l'attitude américaine face aux chicanos. L'influence de son père, artiste lui aussi (tiens, tiens…), a également joué sur cette envie de pointer du doigt les dysfonctionnements du système.


Je pense donc je suis !

La deuxième raison qui pousse le groupe à se placer activement sur le terrain de la politique et la place de l'Humain dans le monde est tout simplement une conscience éveillée. System Of A Down est composé de quatre entités qui n'ont pas peur d'ouvrir leur gueule et de dénoncer des dysfonctionnements qui semblent acceptés par les autorités, les « régulateurs ». Pas de place au politiquement correct. Pour eux la meilleure façon d'arranger les choses, c'est par l'action et l'information quitte à déplaire et à bousculer certains.

SOAD est animé par un esprit citoyen fort et utilise sa notoriété mais aussi l'engagement de ses membres pour tenter d'améliorer le quotidien du plus grand nombre.
Déclaration à la presse, siting, concerts caritatifs, manifestations, tout est utilisé par le groupe.


Voila pourquoi SOAD est une formation hors norme, une formation digne héritière du mouvement de la « protest music » dans lequel s'inscrivent notamment Bob Dylan, Joan BaezFrank Zappa, Bruce Springsteen, The Dead Kennedys, Ministry, Woody Guthrie ou encore A Perfect Circle